Grâce à sa position dominante sur le marché, Google le leader du secteur bénéficie d’un effet positif procuré par la mise en application du RGPD. Cet effet positif est principalement du à une concentration accrue sur le marché de la publicité en ligne. Bien que le nombre de trackers diminue dans l’ensemble, quelques grands opérateurs, tels que Google, reçoivent, suite à cette mise en place, encore plus de données utilisateur.

Le règlement général sur la protection des données (GPRD), qui vise principalement à protéger les données à caractère personnel au sein de l’UE, est en vigueur depuis un peu plus de quatre mois maintenant.

Qu’est-ce qui a changé depuis le 25 mai? Quel impact le GPRD a-t-il eu sur le paysage des trackers et le marché de la publicité en ligne en Europe?

Une étude de Cliqz et Ghostery répond à ces questions. À l’ aide des données de WhoTracks.me , il compare la prévalence des traqueurs un mois avant et un mois après l’introduction du GPRD.

WhoTracks.me est une initiative conjointe de Cliqz et Ghostery. Il fournit des informations structurées sur les technologies de suivi, la structure du marché et le partage de données sur le Web et crée ainsi plus de transparence. Sur le site Web de WhoTracks.me, les parties intéressées trouveront des statistiques mensuelles de suivi visualisées. Ils reposent sur l’évaluation de près de 300 millions de pages et de plus d’un demi-million de sites Web.

Selon cette étude les petits annonceurs perdent – Google gagne !

La plupart des trackers collectent des données à des fins publicitaires. Ils veulent en savoir le plus possible sur un utilisateur afin d’afficher des annonces personnalisées. Plus les annonces sont ciblées sur les intérêts de l’utilisateur, plus elles ont du succès et plus elles génèrent de l’argent. Le marché mondial de la publicité en ligne représente un volume estimé à 270 milliards de dollars en 2018 et devrait croître de plus de 20% au cours des deux prochaines années. Avant l’introduction du GPRD, le secteur de la publicité s’inquiétait également de l’impact que ce GPRD pourrait avoir sur le marché de la publicité et la concurrence.

Une comparaison de la prévalence des suiveurs entre avril et juillet révèle une image claire: des opérateurs de publicité particulièrement petits ont considérablement perdu de leur portée (ce qui peut être utilisé comme indicateur indirect de la part de marché).

Ils ont perdu entre 18% et 31%. Facebook a subi une baisse d’un peu moins de 7%. En revanche, le leader du marché Google a même pu augmenter légèrement sa portée (plus 1%).

 

Comment est-ce possible ?

Il y a plusieurs explications possibles à cela:

  • Google et d’autres grandes entreprises de technologies publicitaires disposent d’importantes ressources consacrées à la conformité
  • Les rapports indiquent que Google aurait peut-être utilisé sa position dominante pour inciter les éditeurs à réduire le nombre de trackers sur leurs sites et donc le nombre de fournisseurs de technologies publicitaires.
  • Pour ne pas risquer de pénalités, les propriétaires de sites Web préfèrent jouer prudemment et laisser tomber les petits annonceurs qui pourraient avoir plus de difficulté à prouver leur conformité.

Une chose est sûre: Google profite indirectement des effets du GPRD, qui a entraîné une concentration accrue du marché de la publicité en ligne en Europe, la majorité des annonceurs perdant des parts de marché. Google semble avoir tiré parti de l’incertitude entourant leGPRD pour renforcer sa position de leader sur le marché. Par ailleurs, de nombreux petits concurrents perdent progressivement leur part de marché depuis son entrée en vigueur.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.